Le programme

Dans un monde qui change en permanence, où les technologies d’aujourd’hui ne sont ni celles d’hier ni celles de demain, que doit apprendre un(e) professionnel(le) du numérique ?

Le programme se divise en 2 grandes parties: les notions obligatoires à acquérir pour un emploi pérenne en tant que développeur/euse en entreprise (réaliser des programmes simples, réseau, algorithmique…), suivi d’une phase de perfectionnement et d’expertise durant laquelle l’étudiant(e) pourra découvrir les nombreuses facettes du développement (IA, deep learning, moteur 3D, sécurité…). Plutôt qu’une série de langages et technologies spécifiques, le programme 42 s’articule autour de 5 grandes thématiques se répartissant en 17 compétences qui parlent aux entreprises et dont la durée de vie est plus longue. Ces compétences ont également toutes le même élément fondateur : une capacité personnelle d’adaptation, d’apprentissage, pour faire face et résoudre les nouveaux challenges qui ne manquent pas d’arriver régulièrement. Même s’il contient quelques passages obligatoires, le programme de 42 c’est chacun(e) qui se le construit tout au long de sa scolarité. Beaucoup de thématiques classiques sont abordées dans le but de développer les compétences qu’elles renferment.

Pour illustrer les compétences, voici quelques exemples de projets représentatifs de celles-ci.

clustersstudents workingcomputer screen

Le cœur de 42, c’est le code. Le développement logiciel est le moteur de toute activité numérique. Les compétences techniques fondamentales sont alors abordées, donnant à chacun la base indispensable pour une intégration professionnelle. Elles permettent au final d’appréhender n’importe quel langage de programmation, et pour chaque étudiant(e) de développer sa propre compréhension des paradigmes de programmation.

Ex: Rush Arkanoid – En l’espace d’un week‐end, il s’agit de recréer le célèbre casse‐brique du même nom, présent sur consoles dans les années 80.

Ex: A‐maze‐ing – Trouver la sortie du labyrinthe ! Les langages fonctionnels sont particulièrement adaptés pour ce type de problématique.

Ex: Piscine C++ ‐ Aborder pour la première fois la programmation orientée objet grâce à ces 2 semaines intenses en immersion.

Ex: Gomoku – Variante du taquin et du morpion, ce projet explore la théorie des jeux, branche de l’intelligence artificielle.

Ex: 42run – Qui n’a pas joué à TempleRun sur son mobile ? Mais qui sera capable de recréer un jeu OpenGL complet pour courir dans les locaux de l’école ?


La capacité d’innovation de l’entreprise est une donnée primordiale dans le marché du numérique aujourd’hui. Les apprenants de 42 doivent savoir s’adapter, penser différemment, afin de proposer des solutions innovantes. Des projets du cursus sont spécialement conçus pour développer cette compétence, quand d’autres, de part leur dynamisme ou nouveauté technologique, apporteront naturellement cet état d’esprit.

Ex: Open project – D’une durée longue imposée, ce projet laisse le champ libre pour choisir son sujet de prédilection et s’y consacrer pleinement.

Ex: Red Tetris – A l’affût des dernières tendances, ce projet place les étudiant(e)s au cœur d’un web en constante mutation.

Ex: Docker – Technologie de virtualisation à l’ascension fulgurante, Docker demande de bousculer tout ce que vous connaissiez au travers de ce projet initiatique.

Si le code est important en matière de numérique, les infrastructures, les différents types d’architectures, demandent elles‐aussi des compétences pour leur gestion efficace et sécurisée. Comment transite l’information, à quelle vitesse, de quoi est constitué un parc informatique, d’où vient la panne, comment agir vite et bien ? Une plongée au cœur des systèmes d’exploitations, des réseaux, des clouds et des services qu’ils renferment.

Ex: Minishell – Bien connu des utilisateurs d’Unix, l’interpréteur de commandes est un programme clef pour comprendre les rouages du système d’exploitation, et à refaire totalement dans le cadre de ce projet.

Ex: Réseau d’entreprise – Dans le cadre de ce projet, les techniques de virtualisation rendent accessible à chacun la création d’un réseau d’entreprise complet, avec tous ses services vitaux.

Ex: Virus – Comprendre comment fonctionnent les virus informatiques et en implémenter un sont les premières étapes vers le projet suivant sur les techniques de protection.

Ex: Challenge BigData – Vos informations valent de l’or. Explorez les techniques d’analyse de gros volumes de données pour anticiper les phénomènes à venir.

Ex: Plazza – Votre pizzeria embauche, organisez vos cuistots pour que tout le monde soit servi dans les meilleurs délais.

Des éléments de comportement individuels en phase avec les besoins d’un employeur sont indispensables pour une bonne intégration sur le marché, et une qualité de production à la hauteur des attentes. Mieux communiquer avec ses collaborateurs au sein de son groupe, comme avec ses responsables, favorise l’atteinte des objectifs et crée un cadre de travail propice à la création et l’innovation.

Ex: Corewar – Imitant le fonctionnement d’un processeur, le Corewar est un projet complexe qui demande de la méthode pour obtenir un résultat probant.

Ex: libFT – Une collection de petites briques logicielles extrêmement simples mais très précises qui ne tolèrent aucune marge d’erreur.

L’effervescence liée au numérique favorise les nouvelles formes d’entreprises innovantes et agiles. L’attrait de ces start-up est tel que de chercher celle qui vous convient à créer la vôtre, il n’y a qu’un pas. Et cela demande les compétences associées pour encadrer son équipe et remplir son rôle de chef d’entreprise.

Nous favorisons l’insertion en entreprise par le biais de stages et autres temps partiels durant le cursus.

Partenariats avec HEC, IFM, Sup de Pub, etc. – Savoir travailler en groupe, voire diriger une équipe, est indispensable pour une bonne insertion professionnelle comme lors d’une création d’entreprise. Interagir avec des profils variés l’est tout autant : ces projets en partenariat avec d’autres écoles mettent côte‐à‐côte des 42 et des étudiants en commerce, marketing, mode… pour répondre à des problématiques concrètes d’entrepreneurs.

Les profils avec une double compétence sont très recherchés par les entreprises : 42 propose de multiples side tracks pour les étudiant(e)s qui souhaitent diversifier leurs compétences pour construire le monde de demain.

Le projet d’électronique consiste à fabriquer un prototype du projet de son choix : circuit et firmware. On n’utilise pas de raspberry pi ou d’arduino, on les fabrique !

Il est essentiel pour le succès des entreprises que les profils commerciaux et techniques sachent travailler main dans la main. Les nombreux partenariats prestigieux qui existent entre 42 et HEC participent à former toute une génération de développeurs/euses qui savent appréhender les enjeux business des boîtes, ainsi que des commerciaux qui comprennent les contraintes techniques de l’informatique.

MATRICE propose différents programmes d’innovation et d’entrepreneuriat, destinés à produire des solutions innovantes dans différents secteurs. CeS programmes réunissent des équipes pluridisciplinaires (étudiant(e)s, professionnel(le)s, chercheurs/euses…) qui travaillent ensemble pour créer des solutions technologiques autour d’une problématique soulevée par un (ou des) partenaire(s) (Institutions publiques ou entreprises privées).

Certains étudiant(e)s triés sur le volet ont la chance de pouvoir faire tout un semestre d’étude axé sur l’entrepreneuriat avec l’ESCP. Si tu veux créer votre entreprise, c’est un partenariat à ne pas manquer !

Toujours dans l’optique de démocratiser la connaissance de la tech et de ses métiers, 42 ouvre ses portes à des étudiant(e)s de Science Po pour une année de césure.

Quand l’art s’allie au numérique, tout est possible ! Les étudiant(e)s d’ICART peuvent s’initier au code à 42, et les étudiant(e)s de 42 peuvent aller apprendre les bases de l’Histoire de l’Art à l’ICART.

On peut être geek et aimer la mode ! Les étudiant(e)s de 42 et de l’IFM ont l’opportunité via ce partenariat de collaborer sur des projets qui allient mode et numérique et de présenter leurs travaux devant des professionnel(le)s du secteur.

Nos étudiant(e)s intéressé(e)s par le journalisme ont l’opportunité d’apporter un soutien technique à des projets portés par des étudiants du CFJ. En retour, ils peuvent suivre des cours dans la prestigieuse école de journalisme.

La célèbre école de publicité s’associe à 42 pour les projets de fin d’études de ses étudiant(e)s : après un hackathon intensif sur 5 jours, les équipes sont coachées pendant un an par des professeur(e)s de Sup de Pub.