42 met fin à la limite d’âge à l’entrée 

Animée par un esprit pionnier, l’ambition de faire du digital une opportunité pour tous et faire émerger les meilleurs talents sans barrières ni préjugés, quels que soient ses origines, son statut social ou son sexe. 42 entend démontrer aujourd’hui que le numérique n’a pas d’âge. La 1ère formation en informatique entièrement gratuite et accessible sans condition de diplôme s’ouvre désormais à tous les potentiels et met fin à la limite d’âge de 30 ans dans ses critères de sélection.

L’objectif : casser les silos générationnels pour donner la possibilité à tous les talents de se révéler, qu’ils aient 18 ou 50 ans et répondre aux besoins de l’économie d’aujourd’hui. Jeunes avec ou sans diplôme, profils en reconversion professionnelle ou encore demandeurs d’emploi : la seule condition, c’est la motivation !

Sophie Viger, Directrice Générale de 42
Sophie Viger. Directrice Générale de 42

« Mettre fin à la limite d’âge pour permettre au plus grand nombre d’accéder à l’excellence de notre formation et aux opportunités qu’elle offre – 100% des jeunes passés par 42 sont en emploi – est une étape naturelle et logique de notre développement. Notre volonté est aussi de pouvoir détecter et sélectionner les meilleurs talents et ce serait absurde de passer à côté d’une partie des meilleurs sous prétexte qu’ils ont 35 ou 40 ans.  Quatre années d’expérimentations réussies, en partenariat avec Pôle Emploi IDF, auprès de seniors, demandeurs d’emploi longue durée, nous ont permis de tester notre modèle sur une autre population et nous avons été agréablement surpris par la qualité des échanges intergénérationnels, de l’entraide et des résultats avec 70% à 75% de retour à l’emploi !», commente Sophie Viger, Directrice Générale de 42.  

« L’économie du numérique tire sa force de la diversité de la société et les forts potentiels sont partout ! Notre rôle est de créer les conditions pour que s’épanouissent tous les talents. C’est déjà le sens de nos actions de promotion des métiers de la programmation informatique auprès des femmes, briser les silos générationnels et les idées reçues s’inscrivent dans la même démarche », conclut-elle.