26% de femmes présentes aux sélections de février de 42 et ce n’est qu’un début !

42 continue à faire bouger les lignes et les codes. Parmi les nombreux changements impulsés par notre nouvelle Directrice Générale Sophie Viger, 42 contribue activement à faire bouger les lignes de la féminisation du numérique. L’école s’engage depuis octobre dernier à jouer un rôle moteur dans l’évolution vers davantage de mixité et à encourager les femmes à s’approprier les compétences numériques. Avec 26% de femmes présentes à l’épreuve de sélection de la piscine de février (versus 15% en 2018), et déjà 35% de femmes inscrites pour la session estivale, 42 franchit un cap dans son ambition de devenir l’école de référence pour toutes les codeuses.

Inclusion numérique à 42 : le changement ? Il a déjà commencé

Nous voulions partager l’une des réflexions de notre directrice, Sophie Viger, concernant le changement que vit actuellement 42 :

Sophie viger, Directrice Generale de 42
Sophie Viger. Directrice Générale de 42

« Les femmes ne représentent que 16% des salariés de la Tech en France. Côté formation, elles ne sont que 15% à poursuivre des études en informatique. C’est très peu. 42 a dans son ADN la tech et l’excellence, mais aussi l’ouverture et la diversité, à tous les niveaux. Visionnaire depuis 6 ans, nous devons être moteur d’une plus grande féminisation de la tech, et plus globalement promouvoir des valeurs d’inclusion et de diversité. Si nous sommes au début du chemin, le nombre record de participantes en février comme les inscriptions de cet été démontrent que nous allons dans la bonne direction. »

Depuis octobre dernier, de nombreuses initiatives différentes sont en cours à 42. Tout cela a eu ses résultats si nous examinons les chiffres mentionnés ci-dessus.

Nous partageons ici quelques-uns des profils et expériences d’étudiantes ayant fait partie de la piscine 42 de février :

Léa, 21 ans, niveau 1ère année DUT informatique


Léa a cru devoir renoncer à sa passion par manque de moyens financiers, les écoles d’informatique étant « trop chères ». Après s’être orientée vers un DUT informatique dont la pédagogie ne lui convenait pas du tout, elle a tenté sa chance sachant déjà un peu coder.

Léa, 21 ans, niveau 1ère année DUT informatique

Léa, 21 ans, niveau 1ère année DUT informatique

« La piscine est une expérience très enrichissante à tous les niveaux, technique et social, mais aussi grâce à la grande diversité des profils rencontrés. On apprend beaucoup durant 4 semaines, dans une ambiance communautaire très agréable. Les femmes ne doivent plus hésiter à se lancer dans l’informatique car elles ont les mêmes capacités que les hommes ! »

Lorraine, 24 ans, niveau BTS MUC, vendeuse


Petite, elle jouait aux jeux vidéo avec ses sœurs et avait un goût prononcé pour les produits high-tech. Elle ne savait pas coder avant d’intégrer la piscine de février.

Lorraine, 24 ans, niveau BTS MUC, vendeuse

Lorraine, 24 ans, niveau BTS MUC, vendeuse

« L’informatique s’est révélée être une source infinie de recherche et de travail pour moi qui n’aime pas m’ennuyer. 42 c’est se dépasser, travailler sur soi-même grâce à une pédagogie challengeante qui permet de se révéler. J’aimerais qu’il y ait plus de femmes dans le numérique, ce n’est pas un mythe intouchable. »

Fadia, 30 ans, titulaire d’un BTS MUC, vendeuse


Esprit logique, créativité et secteur porteur. Elle ne savait pas coder avant de passer les épreuves de sélection.

Fadia, 30 ans, titulaire d’un BTS MUC, vendeuse

Fadia, 30 ans, titulaire d’un BTS MUC, vendeuse

« En très peu de temps j’ai déjà appris beaucoup de choses grâce à la piscine, dans une ambiance agréable où l’on ne sent pas la compétition. Je trouve cela très enrichissant d’apprendre de manière durable avec mes pairs et de se rendre compte que l’on est capable de réaliser des projets par soi-même, cela redonne confiance en soi. »

Alice, 28 ans, titulaire du bac, comédienne


Cette comédienne de théâtre puis de cinéma n’avait jamais codé avant d’intégrer 42 et sa piscine de février. L’informatique ne lui semblait pas être accessible car elle imaginait qu’il fallait être douée dans les matières scientifiques.

Alice, 28 ans, titulaire du bac, comédienne


Alice, 28 ans, titulaire du bac, comédienne

« C’est un ami qui a réussi à me faire sauter le pas et tenter les sélections à 42. Je vis une véritable expérience, j’apprends rapidement dans une ambiance bienveillante. Je me sens vraiment capable de réussir. »

Milva, 25 ans, titulaire d’un bac pro mécanique industrielle, vendeuse


Cette jeune maman n’avait jamais codé auparavant. Pour compléter sa formation initiale, elle a intégré la piscine et n’est pas déçue :

Milva, 25 ans, titulaire d’un bac pro mécanique industrielle, vendeuse

Milva, 25 ans, titulaire d’un bac pro mécanique industrielle, vendeuse

« C’est une expérience mémorable qui permet de se remettre en question sans cesse et de tester sa motivation. » Ce qu’elle aimerait ? « Plus de diversité dans le secteur du numérique – qui a tout a gagner à s’ouvrir aux femmes – et que ces dernières soient mieux informées et préparées face aux changements provoqués par la nouvelle ère digitale. »