Xavier Niel

Xavier Niel est l’actionnaire majoritaire et le dirigeant historique du Groupe Iliad. Entrepreneur autodidacte, il évolue dans l’industrie de la télématique, de l’Internet et des télécommunications depuis la fin des années 1980. Avant de se consacrer pleinement au développement du groupe Iliad, il a notamment cofondé en 1993 le 1er fournisseur d’accès à Internet en France : Worldnet. Il est à l’origine des évolutions stratégiques majeures suivies par le Groupe. Après avoir créé 3617 ANNU, le 1er service d’annuaire inversé sur minitel, il lance Free, le 1er fournisseur d’accès gratuit en France, en 1999. En 2002, Xavier est à l’origine de la création de la Freebox, le 1er boîtier multiservice qui donne accès au triple-play (Internet-téléphone-télévision) au sein du foyer.

À l’origine des évolutions stratégiques majeures du groupe, Xavier révolutionne en 2012 le marché du mobile en lançant des offres simples, sans engagement et à un prix très attractif. En parallèle, il investit largement depuis des années dans des start-ups et crée en mars 2010 son propre fonds d’investissement, Kima Ventures, qui investit dans 50 à 100 startups par an à travers le monde. Depuis 2010, il est avec Pierre Bergé et Matthieu Pigasse actionnaire de contrôle du journal Le Monde.

En innovateur, Xavier est soucieux du manque constaté de développeurs informatique en France et conscient qu’une part significative de la croissance des entreprises et donc de l’emploi est tiré par la filière numérique. Partant de là, Xavier a demandé à Nicolas de réfléchir à une solution. De leur rencontre et de leurs échanges est née une vision commune devenue réalité : 42.

Je travaille dans l’Internet depuis 20 ans. Et depuis 20 ans le principal problème de mon métier est toujours le même : Comment recruter des talents, comment trouver les développeurs dont nous avons besoin pour concevoir les logiciels qui vont nous permettre de créer des produits innovants.

Aujourd’hui, le système français ne marche pas. Il est coincé entre d’une part l’université, qui propose une formation pas toujours adaptée aux besoins des entreprises mais qui est gratuite et accessible au plus grand nombre, et d’autre part les écoles privées, chères, dont la formation est assez qualitative mais laisse sur le côté de la route le plus grand nombre de talents, voire de génies, que nous pourrions trouver en France.

Sur la base de ce constat, nous nous sommes rencontrés avec un garçon que je connais depuis longtemps, qui s’appelle Nicolas Sadirac et qui a créé les plus grandes écoles informatiques privées de notre pays. Nous partagions entièrement avec Nicolas ce constat. Il fallait changer les choses, envisager un mode de formation différent et abandonner la structure classique de l’enseignement tel qu’il est fait en France, inadapté à la formation des talents dont nous avons besoin.

Modifier le système, c’est d’abord apporter une formation différente qui ne repose plus sur les choses classiques que l’on voit depuis toujours, c’est à dire un professeur et des élèves, qui s’ennuient, qui en ont marre. Le système éducatif ne marche pas. On peut être en échec scolaire et pourtant correspondre à ce qui est un génie en informatique. On peut ne pas avoir le bac et pourtant devenir le développeur le plus brillant de sa génération.

Notre deuxième volonté est de supprimer la barrière financière et d’accepter à la fois tout le monde, avec ou sans diplôme, et de faire une école entièrement gratuite. Cette école est basée à Paris aujourd’hui. Elle accueillera un grand nombre de jeunes.
On commence maintenant. Nous avons donc envie de vous dire quelque chose de très simple : à ceux qui veulent un beau métier, à ceux qui veulent nous aider à créer la France de demain et à créer les entreprises innovantes de demain, rejoignez-nous. Venez chez 42. On vous attend.